Chantier de Kerilies

Publié le 20 janvier 2018

La seconde vie du lavoir de Kerilies

Les âmes vaillantes de Plourin et des environs (14 personnes et 5 enfants) se sont prêté main forte en ce lundi 24 octobre pour venir à bout de la nature luxuriante qui recouvrait un joyau.
Après avoir enfilé bottes et gants, s’être armés de cisailles, sécateurs, tronçonneuse et autres outils, les bénévoles de l’Association Tenzoriou Ploerin (les Trésors de Plourin) sont venus à bout des ronces, lierre, orties, prunelier et fougères qui au fil des ans avaient élu domicile dans le lavoir communal et aux abords, et l’avaient entièrement recouvert.
Heureusement le temps était clément en cet après-midi et pendant les trois heures de labeur acharné le soleil était au rendez-vous, même si les pieds étaient dans la boue.
De nombreux allers-retours à la déchetterie de Keryard furent nécessaires. Puis l’un des membres de l’association eut la bonne idée de faire venir à la rescousse un tracteur familial pour évacuer la boue entremêlée de branchages. Ce qui a permis de découvrir le fond empierré du lavoir.
Des petites filles en vacances ont apporté leur concours pour dégager le lavoir.
Un témoignage reçu d’une dame qui a habité dans le coin fait état de l’existence et de la fréquentation du lavoir (et de sa source), où elle venait jouer régulièrement quand elle était enfant.
On peut espérer que la tradition perdure… Comme celle du goûter qui a été servi à la fin du chantier.
Pour l’instant la source n’a pas été retrouvée. Avis à tous les sourciers du coin ! Car sans elle il ne sera pas possible de remettre le lavoir en eau.
A suivre…

Quand nous cherchions la source qui alimente le lavoir, Anne nous a parlé d’une certaine Fine qui se lavait les pieds dans cette source. Et une voisine de l’époque aurait alors placé deux pierres piliers pour l’en empêcher ! Nous recherchons ces pierres, témoins de la source dans le talus où elle doit se trouver.
Et voici que Marie a raconté à Nicole que Kerilies aurait, peut-être, sa sorcière !
Fine, c’est son nom, ne buvait pas que de l’eau. Mais quand elle en buvait c’était à la fontaine de Kerilies, en plongeant sa figure dans l’eau et faisant beaucoup de bruit. Et Fine se lavait au lavoir. ! !
Parfois Fine allait à pied à Landunvez assister à la messe célébrée par le curé qui chiquait pendant toute la célébration…

Bon si vous avez d’autres nouvelles de Fine, faites-le savoir !

En attendant voici deux autres photos de notre chantier : l’une où la force est avec nous ! l’autre où l’on voit que les « petites mains » (comme on appelle les couturières au sommet de leur art !) sont aussi bien utiles grâce à leur patience…

 
>